A CHEVAL SUR SOI

Un espace de rencontre entre l'humain et le cheval

Contenu - Menu - S'identifier - Contact

Bienvenue sur notre site



Recherche


Archive : tous les articles

Les mots-clés


Dimanche (04/09/16)

Témoignage

 Stage à cheval sur soi

 

 

quand le cheval murmure à l’oreille

 

C’est la mi-août. Une envie de rencontrer le monde animal, le cheval. J’arrive au manège. L’espace immense semble vide. Et pourtant, tout est à sa place et soigné.

Arrive Nathalie. C’est elle qui m’accompagnera durant trois jours. Après quelques formules de politesse, à la question « pourquoi le cheval ? », je réponds : quatre jambes, me laisser porter par un grand animal.

 

- Alors, on va les voir ?

- Qui ? Où ? Comment ? Ah oui, les chevaux.

 

Lorsque nous arrivons au pré, point d’animal en vue. La nature vallonnée est magnifique. Nathalie met ses mains en porte-voix et appelle les chevaux. L’écho se fait entendre.

Sept, huit, neuf bêtes sont là maintenant. Le troupeau m’impressionne. Chacun est affairé à manger son tas de maïs. Ouf ! Ils ne se préoccupent pas de ma présence. Et pourtant, ne me jettent-ils pas des regards en coin ?

Nathalie m’explique : pour le cheval ce qui est vital au quotidien, c’est brouter, marcher, brouter et être avec ses semblables. Les bêtes sont belles par ici.

 

L’après-midi, Nathalie a été chercher Poète au pré. Et il est là, dans le manège. Et moi aussi. Il est libre, et moi aussi. Nathalie, reste à côté, je ne connais pas cette bête !

 

- Vous voyez cette brosse, je me demande si ça ne lui fait pas mal au cheval, celle-ci est plus douce. Les chevaux sont tellement sensibles.

Et nous brossons. Premier contact avec le corps du cheval. C’est simple.

 

Nathalie m’invite à m’asseoir sur un énorme ballon pour préparer la posture adéquate une fois sur le cheval. Concentrée, je cherche l’équilibre et reste immobile. Poète s’approche par derrière et vient mettre tout en douceur sa tête à quelques centimètres de la mienne. Je le sens respirer. Et Natalie chuchote : ça, c’est une demande de contact.

 

C’était le premier jour, et les suivants ont eu la même saveur.

Merci Nathalie, merci les chevaux !

 

Ecrit par Frilley à 14:09 dans Réflexions, retours, témoignages

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Mardi (26/07/16)

APPEL À LA RÉSISTANCE : un pied dans le plat.

 

 

 

APPEL À LA RÉSISTANCE : un pied dans le plat.

Congrès IAHAIO juillet 11-13 2016

Une opportunité que ce congrès se fasse à Paris. J’avais l’envie d’étendre mes connaissances en médiation animale. Rencontrer  des personnes venues du monde entier pour échanger sur leurs  pratiques, ne pouvait  qu’enrichir la mienne.

Malgré une belle organisation prise en charge par  l’équipe de  la Fondation Sommer, j’en ressors perplexe et interrogative. Et surtout matraquée par un mot  qui pèse sur notre cadre de travail depuis quelque années, envahissant tous les étages de ce grand espace de la Villette : évaluation. Les plénières pleines de chiffres, colonnes, courbes et les workshops remplis d’un mot culte : randomisation.

Impossible de me concentrer sur les contenus, je suis donc sortie quasiment à  chaque  intervention pour discuter avec des personnes  errant dans  les couloirs dans le même état d’étonnement.

Les scientifiques auraient-ils envahis  le cœur de la médiation animal ?

L’évaluation serait elle devenu la petite sœur de la séduction ?

Et pour séduire qui ?

Soi-même ? Les autres ? Pour une course à la reconnaissance après laquelle on courre tous à des degrés divers. La science ? Qui a supplanté Dieu et devient le nouveau maître à penser à qui l’on doit tout sacrifier.

Parce que là est ma question aujourd’hui : dois-je sacrifier l’éthique que j’ai de mon métier, pour plaire et me plier aux exigences de  groupes témoins, et variables diverses ?

La recherche oui, mais à quel prix ?

 

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » nous interpellait Rabelais.

Dois-je  laisser instrumentaliser les personnes et les chevaux pour servir  la mise en place de futurs protocoles aux quels je ne pourrais pas adhérer ? Deviendront –ils  objets d’études, alors que nous nous battons tous les jours pour qu’ils deviennent sujet d’eux mêmes ? L’incohérence  frappe à notre porte et nous lui ouvrons sans prendre la moindre précaution.

 

Biologiste moléculaire de formation universitaire, j’ai, entre autre, travaillé pour Sanofi sur des sujets  passionnants comme  l’hormone de croissance et l’encodage la capsule du VIH. Mais  j’ai aussi connu la course des études à publier, les étudiants  aux dents longues, les patrons de thèse auxquels il fallait plaire  avec l’espoir d’être prise en post doc.

 Mais j’ai quitté ce monde pour ne pas me prostituer, et renier mes valeurs, ce n’est pas aujourd’hui que je vais céder à cette pression.

Alors oui, notre métier a besoin de théorisation, d’être conceptualisé pour qu’il se fasse une place reconnue et qu’il prenne ses lettres de noblesse. Les réalités économiques pèsent aussi  dans notre quotidien.

Mais c’est à nous, accompagnants, thérapeutes et soignants, d’inventer une mise en lumière qui nous corresponde dans sa forme et dans son contenu. Et  je ne suis pas la seule à me poser cette question. Alors oui, regroupons-nous et réfléchissons. Il y a des pistes possibles.

D’ailleurs notre équipe présentait un poster sur un travail promouvant la remise du corps au sein des apprentissage en milieu scolaire et nous l’avons  formaliser pour qu’il soit le reflet de notre travail, c’est à dire qu’il suggère dans sa forme, la remise en route du processus créatif de l’enfant par le mouvement.

La science devrait être au service du terrain et de la pratique. J’ai le sentiment désagréable de penser que nous essayons de nous plier à elle.

Je me souviendrai du dernier workshop auquel j’ai assisté : un scientifique voulant tout expliquer, en somme tout maîtriser. Quelle mission, et quel poids !

Mais que restera t-il à la science quand tout aura été décortiqué ?

La vie est mouvement, insaisissable. Laissons-la nous traverser. En restant à notre juste place,  et à son service : faire notre métier, tout simplement.

 L’humilité sera garante de nos avancées.

Nathalie FRILLEY

 

 

Ecrit par Frilley à 17:15 dans Actualités

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Mercredi (13/07/16)

 L'association" A CHEVAL SUR SOI" était présente au congrès international de l'IAHAIO avec la présentation d'un poster sur le processus créatif de l'enfant via la médiaton équine.L'association" A CHEVAL SUR SOI" était présente au congrès international de l'IAHAIO avec la présentation d'un poster sur le processus créatif de l'enfant via la médiaton équine.

Paris, le 13 juillet 2016
C’est à la Cité des Sciences de La Villette que s’est tenu, du 11 au 13 juillet, le XIVe Congrès de l’International Association of Human – Animal Interaction Organizations (IAHAIO).
Organisé par la Fondation Adrienne et Pierre Sommer, cet événement majeur dans le monde de la médiation animale s’est avéré particulièrement riche en échanges d’expériences et a confirmé la montée en puissance de cette discipline dans les secteurs éducatifs, sociaux, médico-sociaux et judiciaires.
Un peu partout dans le monde, les relations bénéfiques susceptibles de se tisser entre l’Homme et l’animal sont aujourd’hui largement exploitées pour faciliter ou renforcer l’action des professionnels de la santé et de l’action sociale auprès de populations fragilisées.
Qu’il s’agisse du développement de l’enfant, de la prise en charge du handicap social, physique, mental, sensoriel ou psychique, la médiation animale constitue souvent aujourd’hui un recours efficace. 
En la matière, l’évolution de la réflexion scientifique et la diversité des actions / programmes ont fait l’objet d’échanges particulièrement riches au long des 3 journées de congrès de l’IAHAIO (22 pays représentés, 177 communications, 450 participants).
Si la nouvelle édition du congrès triennal de l’IAHAIO a tenu toutes ses promesses d’échanges entre professionnels, elle aura aussi été pour la Fondation A et P Sommer l’occasion de mieux faire connaître en France une discipline déjà reconnue mais encore mal connue.

Directeur de la publication : Boris Albrecht - contact@apsommer.org

 
 
 

Ecrit par Frilley à 21:19 dans Actualités

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

 La FENTAC tisse des liens avec les universités européennes comme celle de GIrona en Espagne. Nathalie Frilley s'y rendra pour y faire un workshop le week-end du 16 juillet. La collaboration avec le "Máster en intervención Terapéutica Asistida con Caballos" s'enrichira de nouveaux échanges autour d'un groupe d'une vingtaine de personnes.

 

Fundació Privada Universitat de Girona :Innovació i Formació

Parc Científic i Tecnològic de la Universitat de Girona

Centre d’Empreses – Giroemprèn

N.I.F.: G-17318080

Pic de Peguera, 11

17003 Girona


 

Ecrit par Frilley à 21:11 dans Actualités

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Samedi (18/06/16)

"A CHEVAL SUR SOI" : 10 ANS DÉJÀ!











 2006-2016, une décennie célébrée vendredi soir où 70 personnes, parents, enfants , voisins et amis sont venus passer un moment convivial dans l'écurie du centre. Peu importe le temps frileux , un ambiance chaleureuse au son de l'accordéon d'Adrien

, du violon de Laetitia, de la voix de Savana et de convives inspirés, nous ont permis de bavarder et de refaire nos mondes. Tout ceci sous le regard paisible d'Ivoire et Poète, entourés des enfants dans le manège.
Merci à tous d'avoir répondu présent, bientôt d'autres moments viendront s'inscrire dans nos souvenirs.

 
 

Ecrit par Frilley à 16:21 dans Actualités

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Jeudi (19/05/16)

POUR ALLER PLUS LOIN

 Au niveau de la recherche d'un mieux être , d'une meilleure compréhension de soi et des autres, , le cheval est l'une des portes d'entrée qui peut nous ouvrir  au monde.
Notre nature profonde est celle de la créativité. Comment, au sein d'une civilsation bousculée où tout semble s'éffondrer, le cheval peut nous aider à retrouver cet élan salvateur?
Des stages sont organisés sur une ou deux journées (voir plus, à la demande) afin de vous amener sur ce chemin, et vous faire prendre conscience du potentiel que le cheval porte en lui afin de  révéler le vôtre.
 

Ecrit par Frilley à 12:39 dans EQUITATON SYMBOLIQUE

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Mardi (03/05/16)

 

PRIX INITIATIVES de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté:

 L'association A CHEVAL SUR SOI vient de remporter  le prix "coup de coeur" des sociètaires  le 28 avril 2016 où l'équipe a été invitée lors de l'assemblée générale de la banque pour sa remise des prix. Nous allons pouvoir acquérir un lève-cavalier pour les personnes à mobilité réduite.

Depuis 2006, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté poursuit son action de soutien auprès des associations qui œuvrent et s'engagent sur son territoire avec le Prix Initiatives Associations.

Ce Prix encourage les initiatives locales dans les domaines de la culture, du patrimoine, de la solidarité, de l’environnement et de l’éducation*.

Les Prix décernés, pour cette 10ème édition par nos jurys, sont répartis de la manière suivante :

18 lauréats sont mis à l’honneur (2 lauréats par département couvrant le territoire de la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté : Ain, Côte d’Or, Doubs, Haute-Saône, Jura, Nièvre, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort, Yonne). Chaque lauréat se voit remettre 1 000 € pour concrétiser son projet.
Parmi ces 18 dossiers, un jury régional désigne 3 Prix (1 pour la Bourgogne, 1 pour la Franche-Comté et 1 pour les Pays de l’Ain) qui obtiennent chacun 3 000 € supplémentaires.
Les sociétaires Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté désigneront le Prix « Coup de cœur » (parmi les 3 derniers Prix) qui obtient 3 000 € supplémentaires.

 

Ecrit par Frilley à 11:52 dans Soutien, Aide financière

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Vendredi (15/04/16)

 Mercredi 13 avril 2016 

                              J - 10 


 

 

C’est dans 10 jours ! 

Le rush des premiers 

filages, nous y sommes ! Tous les 

réglages, tous les problèmes, 

toutes les questions apparaissent 

en même temps. Le téléphone de 

Savana n’arrête pas de sonner 

pour annoncer que les affiches 

sont prêtes, pour demander une 

dimension du manège, pour savoir 

s’il reste des places. 

A ce propos, nous affichons 

complet pour la représentation du samedi soir ! Nous en sommes 

fiers mais assez impressionnés et peut-être même intimidés… 

C’est vraiment la dernière ligne droite pour la création du 

spectacle ! Dans le manège nous nous retrouvons tous, chevaux et 

humains, pour réaliser ce qu’il reste à faire…et il en reste des choses à 

régler avant le grand jour. 

Sans pouvoir se décider entre l’appréhension et l’impatience, 

nous nous réjouissons de vous accueillir les 23 et 24 avril ! A bientôt ! 

 

 Le projet du spectacle « Le songe d’‘Isha » est né de la rencontre 

entre Nathalie Frilley, fondatrice de l’association A Cheval Sur Soi,  

Savana Milcent, auteure et metteure en scène en herbe, et Erika 

Dersoir, dramaturge. 

« Le songe d’‘Isha » se déroule un peu à la manière des rêves, en une 

succession de tableaux symboliques que l’on traverse en suivant le fil. 

C’est une pièce de recherche autour d’un théâtre de l’intime, de la 

présence de chevaux comme êtres de passages, images archétypales, 

explorant le thème d’une énergie du soi que certains nomment le 

féminin, le Yin, Jelal… 

Le spectacle aura lieu le 23 et 24 avril 2016 à 20h, dans le manège de 

l’association A Cheval Sur Soi, Bard-Le-Régulier (21430)  

 

 

 

 

Savana présente 

l’affiche du Songe d’ ‘Isha 

Ecrit par Frilley à 11:09 dans Actualités

Permalien (aucun commentaire) Version imprimable

Plus d'articles :