A CHEVAL SUR SOI

Un espace de rencontre entre l'humain et le cheval

Contenu - Menu - S'identifier - Contact

Bienvenue sur notre site



A cheval sur soi


Recherche


Archive : tous les articles

Les mots-clés


"Action, perception et troubles des apprentissages"

Intervenants: Berthoz, Da Silva, Fadiga, Didier

Le Jeudi 11 Décembre se tenait à l'UFR-STAPS de Dijon, la journée inaugurale du D.U "Action, perception et troubles des apprentissages"
Voici le résumé des différentes interventions et les pistes de recherches actuelles.


Alain BERTHOZ :
Membre de l'académie des sciences, il a écrit notamment "Le sens du mouvement" et "La décision". Alain Berthoz est Ingénieur, psychologue, neurophysiologiste. Il est professeur au Collège de France où il dirige le laboratoire CNRS-Collège de France de physiologie de la perception et de l'action. Domaines de recherche : la physiologie des fonctions sensori-motrices, l'oculomotricité, le système vestibulaire, le contrôle de l'équilibre et la perception du mouvement.

Alain Berthoz est directeur scientifique de l'Action Concertée Incitative "Neurosciences intégratives et computationnelles", lancée par le ministère de la Recherche.
Il prône le décloisonnement des savoirs et travaille à développer les liens entre recherche , enseignement et domaines appliqués.

Le cerveau simule l’action sans l’effectuer, possibilité d’avoir une véritable  carte du monde extérieur avec des modèles internes.
Devant des lésions ou des conflits sensoriels, le cerveau ne cherche pas à réparer mais il est capable de trouver des solutions nouvelles extrêmement rapidement ( de l’ordre de la seconde). Notion de REMEDIATION pour remplacer un système obsolète.

Insiste sur le fait qu’en présence d’un individu porteur de handicap moteur l’erreur serait de ne faire que de la rééducation sur le système locomoteur.  On doit intégrer une réhabilitation multisensorielle en rapport avec un sixième sens: la proprioception. Et c’est ici qu’intervient le rôle fondamentale, selon A. BERTHOZ, du système vestibulaire.

Le cerveau  n’utilise pas une géométrie euclidienne classique mais une géométrie affine encore à déterminée. Il a une multitude de systèmes spécialisés et de zones différentes  du cortex pour  que l’on puisse gérer notre espace et c’est un miracle si nous en percevons une globalité cohérente.

Il s’avère que ce qui donne des apparences de déficits moteurs serait du à des problèmes de coordination entre  certaines zones spécialisées ( colliculus, hypocampe, putamen).
Il existe des stratégies cognitives différentes pour se diriger dans l’espace:
- stratégie égocentrique ( topo-kinésique)
- stratégie allocentrique (topo-graphique )

Normalement nous pouvons sans cesse naviguer de l’une à l’autre, en sachant que d’un individu à l’autre, et d’un sexe à l’autre, il y a prépondérance d’un système par rapport à l’autre. Mais beaucoup de personne qui présente des déficits de la déambulation, aurait des problèmes de manipulations de ces référentiels.

Evocation du travail de Mme ROUSIÉ: elle s’intéresse aux cas d’assymétries cranio-faciales à des degrés diverses, qui seraient reliées à une asymétrie géométriques des zones vestibulaires, entraînant une déformation de la perception corporelle.

Evocation d’un lien entre scoliose idiopathique et prismes.

En conclusion: ne pas négliger l’intervention du système limbique dans tout ce référentiel.



Dr. Orlando Alvès da Silva :
Ophtalmologiste posturologue de Lisbonne.
Travaille sur la dyslexie qui s’accompagne toujours d’autres symptômes, qui font partie du Syndrome de Déficit Postural ( SDP).

Un cas parmi d’autres: un enfant de 10 ANS, 3 ans de scolarisation, présentant un déficit d’apprentissage, de concentration, un Q.I médium/supérieur, avec un déficit dans la perception visiospatiale, difficultés de mémorisation, disgraphie, disorthographie ,discalculie.
Après 6 mois de pause de prismes, amélioration significative des troubles.
Test sur la figure de REY nettement améliorés.

Mise en place d’une chaise adaptée à l’école:
-appui pour les pieds
-plan incliné
-dos droit
-chaise inclinée de 4% vers l’avant
-Courbure encadrant les cuisses
entraînant une amélioration de 28% de l’attention chez des sujets normaux.

La pause de prismes n’est qu’un outil pour arriver à passer par la voie visuelle afin d’atteindre le système neurologique.
Notion de prismes actifs:
Le prisme en lui-même est un prisme comme un autre ,c’est la façon de le poser qui diffère nettement. On obtient le même type de déviation, mais au bout d’une milliseconde elle ne suit plus la voie rétinocorticale. La lumière est ainsi absorbée pour pénétrer le système proprioceptif .

Il faut multiplier les voies d’accés et les entrées afin de vaincre les résistances misent en place par le corps. C’est pour cette raison  que cette réeducation de la dyslexie met en place  plusieurs stratégies: pose de prismes, semelles et réeducation posturale.



Luciano FADIGA :
Médecin neurophysiologiste de l'Univerité de Ferrara.
Il était dans le groupe de Rizzolatti au moment de la découverte des neurones miroirs.
Travaille sur une théorie motrice du langage qui serait liée à l'aire de Broca.

A priori , chez le singe les neurones miroirs ne fonctionnent que pour des actions réelles faisant partie d'un répertoire de programmes moteurs prévus. Alors que chez l'humain ils peuvent s' activer pour des simples mouvements sans but précis, avec une résonnance motrice très fidèle. On peut même acquérir par l'observation d'un geste une amélioration de la force musculaire (pas par une augmentation de la masse musculaire).
On peut donc se servir de ce constat en pédagogie et en réeducation.







Ecrit par Frilley le Mardi 9 Décembre 2008, 23:17 dans "" Version imprimable

Article précédent - Article suivant